Combien gagne un professeur : Si vous voulez un meilleur salaire, émigrez en Suisse

Les universités suisses sont très généreuses avec leurs professeurs. D’après une étude comparative de la  publiée dimanche, un enseignant d’uni à temps plein sur le territoire helvétique touche en moyenne 17’000 francs par mois.  NZZ am Sontag

Une somme qui est très largement supérieure à ce que gagnent les professeurs des autres pays du monde. Au Canada, qui arrive en deuxième position de ce classement comprenant 28 pays, un prof gagne environ 14’000 francs par mois. C’est bien mieux qu’en France, oú un enseignant est rétribué un peu plus de 7’000 francs en moyenne. 

Productives dans la recherche

Les profs d’uni sont donc les mieux payés au monde, mais cet élément ne suffit pas à expliquer la renommée internationale des universités suisses. «Si elles sont si bien placées sur le marché international, c’est qu’elles sont très productives dans la recherche», explique Philip Altbach, du Centre pour l’enseignement supérieur international de Boston. «Le fait d’avoir plusieurs grandes universités pour un si petit pays est extraordinaire.»

A l’intérieur du pays, les disparités restent importantes selon les chiffres de la Conférence universitaire de Suisse. Les universités germanophones de Bâle, Zurich, Berne et Saint-Gall versent des salaires plus conséquents à ses enseignants que celles de Fribourg ou Lausanne. Un professeur ordinaire touchant au maximum 249’000 francs annuels à Bâle jusqu’à 186’000 francs à Lucerne. 

Cependant, on retrouve les plus hauts salaires de professeurs dans les Écoles Polytechniques fédérales de Lausanne et Zurich, avec un maximum de plus de 271’000 francs annuels.

Majorité de profs allemands

Lire aussi  France : 20 nouvelles mesures de simplification de l’enseignement supérieur

Ces dernières années, de plus en plus de professeurs français ont rallié la Suisse pour exercer leur activité, privilégiant les universités de Lausanne ou Genève. Cependant, les enseignants allemands restent les plus implantés dans le paysage helvétique. 

Touchant en moyenne 9’500 francs en Allemagne selon l’étude de la NZZ, un professeur outre-Sarine peut aspirer à gagner le double en venant travailler en Suisse: les salaires offerts, la qualité et la taille des installations sont autant de facteurs incitatifs à la migration. «Il n’y a plus de relève suisse, le bassin est asséché», a expliqué le spécialiste en recrutement, Guido Schilling, à swissinfo.ch. «Les entreprises veulent les meilleurs. C’est pourquoi elles recherchent aussi leurs cadres à l’étranger.» 

Aujourd’hui, 60% des immigrés allemands sont des universitaires. Une grande majorité d’entre eux ont des postes de cadres dans la recherche à Bâle et Zurich. A Lausanne et Genève, les professeurs français représentent moins de 20% des effectifs.

Source : http://www.lematin.ch/suisse/profs-uni-suisses-mieux-payes/story/29532270

Add Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.