Position postdoctorale en neurobiologie – modélisation des cellules souches et des souris des maladies neurodéveloppementales et neuroinfectieuses

USA
Publié il y a 1 an
DESCRIPTION DE L’EMPLOI

Un poste postdoctoral est disponible pour étudier les mécanismes moléculaires des maladies neurodéveloppementales et neuroinfectieuses dévastatrices (p. Ex. Autisme, infection cérébrale par le virus Zika, microcéphalie associée au cytomégalovirus ou pathologie cérébrale potentielle du SRAS-CoV-2 (COVID-19)), en utilisant des technologies de pointe. tels que les neurones humains dérivés de cellules souches, les organoïdes du cerveau humain et les modèles de souris humanisées KO / KI , au Département des sciences biomédicales de l’Université du Dakota du Nord à Grand Forks, ND, aux États-Unis.

Nos travaux antérieurs, avec nos collaborateurs, ont conduit à de multiples découvertes séminales, couvrant les sciences fondamentales et translationnelles, et ont été présentés par des revues scientifiques et des médias de premier plan tels que Nature Reviews Drug Discovery, AAAS EurekAlert, Drug Target Review, The Independent, The Atlantic, The Daily Mail, Pharmazeutisch Zeitung et autres. Voici quelques exemples de notre travail:

(i) Mécanismes de pathogenèse virale : nous avons cartographié certaines des machines essentielles requises pour l’entrée et la sortie du virus de l’herpès dans et à partir des cellules en utilisant des modèles de culture cellulaire, de souris et d’organes humains ex vivo (J Virol 2014, DOI: 10.1128 /JVI.02071-14; Nature Communications 2015, DOI: 10.1038 / ncomms7985; PLoS One.2014, DOI: 10.1371 / journal.pone.0087302). Nous avons également étudié en profondeur les différentes fonctions distinctes jouées par l’autophagie dans les réponses immunitaires innées aux infections virales (Sci Rep 2015, DOI: 10.1038 / srep09730; Sci Rep 2015, DOI: 10.1038 / srep12985; PLoS One 2015, DOI: 10.1371 / journal. pone.0124646)

(ii) Développement de thérapies antivirales : y compris un médicament antiviral très puissant qui a montré une efficacité considérablement plus grande que les antiviraux existants qui sont à usage médical aujourd’hui, un peptide thérapeutique et une nanothérapie (Sci Transl Med 2018; DOI: 10.1126 / scitranslmed.aan5861; J Virol 2015, DOI: 10.1128 / JVI.02979-14; J Immun 2016, DOI: 10.4049 / jimmunol.1502373)

(iii) Développer des modèles d’organoïdes du cerveau humain pour étudier les troubles neurodéveloppementaux : par exemple, une méthodologie optimisée pour construire un cerveau humain in vitro comme un tissu 3D (organoïdes cérébraux, ou «mini-cerveaux humains dans un plat») en utilisant des techniques avancées de bio-ingénierie dans la tige humaine cellules (Cell Transplant 2018, DOI: 10.1177 / 0963689717752946; Neural Regen Res 2019, DOI: 10.4103 / 1673-5374.249283; Cell Transplant 2019, DOI: 10.1177 / 0963689718822811)

Ce poste postdoctoral abordera certaines des questions les plus importantes de la science et de la médecine aujourd’hui, en utilisant des outils de pointe, notamment l’édition de gènes CRISPR-Cas, les cellules souches et les modèles organoïdes et murins. Cette recherche est susceptible de donner lieu à des découvertes fondamentales qui changent de paradigme et à des publications percutantes dans des revues scientifiques exceptionnelles. Par conséquent, il s’agit d’une excellente occasion pour un scientifique débutant ambitieux et très motivé qui souhaite évoluer vers un excellent poste universitaire (professeur menant à la permanence) ou un leadership industriel attrayant dans un avenir proche.

Un doctorat en neurobiologie ou dans des domaines connexes , acquis ou prévu d’être obtenu dans un proche avenir, est requis. Des compétences et des connaissances en neurobiologie / neuroscience , modèles de souris, histologie cérébrale, imagerie, électrophysiologie et biochimie des protéines sont nécessaires. Les aptitudes à la pensée critique et indépendante et la motivation (être autonome) sont essentielles pour réussir dans ce poste. Une grande liberté sera accordée aux scientifiques mûrs et réfléchis.Un candidat idéal serait un neurobiologiste confiant, bien équipé et publié dans les concepts et techniques de neurobiologie / neuroscience, qui souhaite appliquer son expertise, en apprendre davantage sur la pathogenèse virale et les modèles de cellules souches, et relier ces domaines en recherchant les causes virales des maladies du cerveau, actuellement un sujet «brûlant» en science.

Pour être considéré pour ce poste, veuillez envoyer votre CV et une brève lettre de motivation (1-2 paragraphes) au professeur Abraam Yakoub à l’adresse électronique du laboratoire [email protected] . Si vous avez des questions sur ce poste, n’hésitez pas à nous contacter.

Caractéristiques de l'emploi

Catégorie emploiEnseignement et recherche scientifique

Postuler en ligne

Related Posts

Next Post

Discussion about this jobpost




Recommended

Don't Miss