France
Publié il y a 2 semaines

Afin de développer des procédés de fabrication plus écologiques, il est nécessaire de réduire voire d’éliminer l’utilisation de solvants, ce qui peut entraîner des pollutions, des risques pour la santé humaine et l’exploitation des ressources fossiles. La mécanochimie est une voie prometteuse pour atteindre cet objectif. Cependant, les connaissances sur les mécanismes de ces réactions à l’état solide sont actuellement limitées. Ce projet de thèse visera à démontrer le potentiel de la Résonance Magnétique Nucléaire à l’état solide (SSNMR) pour examiner les changements de la structure au niveau atomique lors de la mécanosynthèse (même pour les phases amorphes) et l’évolution en temps réel des réactions chimiques. Le filage à angle magique (MAS) utilisé en SSNMR permettra de mimer les conditions de mécanosynthèse et d’effectuer des mesures RMN in situ, permettant l’observation d’intermédiaires fugitifs.

La mécanosynthèse ciblée est celle des complexes organométalliques qui présentent des activités antimicrobiennes (AM). Ce projet de thèse évaluera ces activités à l’aide de tests biologiques et étudiera leur mode d’action contre les souches bactériennes, notamment les bactéries S. aureus et S. epidermidis à Gram positif, y compris les bactéries résistantes, qui sont les agents pathogènes les plus courants causant les infections des implants ( cathéters et prothèses artificielles). Outre les complexes, ce projet étudiera l’activité AM des intermédiaires métallates, jusqu’ici inconnus.

L’objectif de ce projet est de développer de nouveaux agents anti-MA et d’aider à lutter contre la prévalence de la résistance à la MA, qui est actuellement l’un des plus grands défis pour la santé publique.

En résumé, le sujet de thèse est “l’étude des mécanismes de mécanosynthèse des complexes organométalliques à activité antimicrobienne”. Il s’agit d’un projet multidisciplinaire ambitieux, combinant la spectroscopie SSNMR, la mécanochimie, la chimie organométallique et la bactériologie.

Les laboratoires académiques impliqués sont l’Unité de Catalyse et de Chimie du Solide (UCCS) UMR 8181 ULille-CNRS, le Centre International de Recherche sur l’Inflammation de Lille (LIRIC) U 995 ULille-INSERM et le Département de Chimie de l’Université de Gand (UGent). Le doctorant sera encadré par le professeur Olivier Lafon (UCCS) pour le SSNMR, le Dr Christel Neut (LIRIC) pour les tests biologiques et le professeur Catherine Cazin (UGent) pour la mécanochimie. Le doctorant passera 29 mois à l’ULille et 6 mois à l’UGent, et le doctorat peut être réalisé en cotutelle entre les deux universités.

L’étudiant effectuera également un détachement d’un mois dans l’entreprise Bruker en Allemagne, ce qui renforcera son employabilité et lui permettra de tester le MAS très rapidement.

L’étudiant suivra une école d’été sur SSNMR et présentera les résultats du projet lors de congrès nationaux et internationaux (OMCOS 2021, ENC 2022, ISMAR 2023).

Compétences finales et employabilité: à l’issue du projet, le candidat aura acquis une expertise unique en chimie analytique, biologique et synthétique; et une expérience multidisciplinaire internationale unique. (S) il aura un profil d’intérêt très attrayant pour la plupart des segments de l’industrie ainsi que pour les unités de recherche universitaires.

Profil attendu du candidat

Le candidat doit être dynamique, engagé, avec de fortes capacités d’adaptation et de communication, et détenir (ou détiendra) une M.Sc. en chimie ou en pharmacologie. Une expérience en spectroscopie RMN, en synthèse chimique et / ou en tests biologiques est un plus.

Procédure de demande

La procédure de candidature est détaillée sur le site du programme européen PEARL www.pearl-phd-lille.eu (voir notamment l’appel à doctorants et les critères de sélection sur la page web ( https://www.pearl-phd-lille.eu/ fr / phd-candidate / call-phd-students-eligible ) Le financement est géré par la fondation I-SITE ULNE qui est une fondation de partenariat entre l’Université de Lille, les écoles d’ingénieurs, les organismes de recherche, l’Institut Pasteur de Lille et le Hôpital universitaire.

Le dossier de candidature devra être déposé avant le 15 avril 2020 (10h heure de Paris) et envoyé par courrier électronique à l’adresse suivante: international@isite-ulne.fr .

Pour toute question relative au poste, merci de contacter  Olivier.lafon@univ-lille.fr .

Salaire net et somme forfaitaire

La bourse de doctorat est financée par l’ action n ° 847569 du COFUND Marie Sklodowska-Curie . Le doctorant recevra un salaire net d’environ 1 600 € + 530 € par mois pour couvrir les frais de mobilité, de voyage et de famille.

Caractéristiques de l'emploi

Catégorie emploiStage et Formation

Postuler en ligne