Le coronavirus, avec son nouveau nom officiel COVID-19, peut toucher jusqu’à deux tiers de la population mondiale, a rapporté Bloomberg jeudi dans un article citant un spécialiste travaillant pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon le site Internet, la conseillère de l’OMS, Ira Longini, qui a suivi les études sur la transmissibilité du virus en Chine, a déclaré que “l’isolement des cas et la mise en quarantaine des contacts ne vont pas arrêter ce virus”.

À moins que les changements de transmissibilité, la surveillance et le confinement ne fonctionnent que si bien “, a-t-il déclaré.

Selon ses remarques à Bloomberg, Gabriel Leung, professeur de santé publique à l’Université de Hong Kong, est sur la même longueur d’onde que Longini.

Le scientifique a également averti que près des deux tiers du monde pourraient attraper le virus “s’il n’est pas contrôlé”.

Un jour après une baisse signalée, le bilan officiel des décès dus au nouveau coronavirus en Chine a considérablement augmenté plus tôt le même jour, tandis que Singapour a signalé son plus grand saut quotidien de cas de coronavirus, alimentant la crainte que l’épidémie soit bien pire que celle signalée.

Au milieu d’un bond soudain du nombre de décès causés par le nouveau coronavirus en Chine, 242 nouveaux décès ont été signalés au Hubei et dans sa capitale Wuhan, où des dizaines de millions de personnes sont piégées dans le cadre d’un effort de quarantaine sans précédent.

Il a été confirmé que 14 840 autres personnes étaient infectées rien qu’au Hubei, les nouveaux cas et les décès dépassant de loin les plus fortes augmentations sur une journée depuis le début de la crise. En dehors du Hubei, il y a eu 12 décès supplémentaires, mais le nombre de nouveaux cas a chuté pour un neuvième jour consécutif, avec 312 patients supplémentaires.

En plus du nombre croissant de cas de coronavirus, un nouveau front inquiétant s’est ouvert à l’étranger alors que le Vietnam voisin a placé 10 000 personnes en quarantaine après la découverte de six cas de COVID-19 dans un groupe de villages, le premier d’une telle interdiction à l’étranger.

Le Japon a également vu jeudi son premier décès d’une personne infectée, une femme dans la quarantaine, selon le ministre de la Santé du pays, ce qui en fait le troisième décès en dehors de la Chine continentale après les Philippines et Hong Kong alors que les craintes de propagation de la maladie montent. Le ministre de la Santé, Katsunobu Kato, a également confirmé deux autres cas de virus, un chauffeur de taxi de Tokyo dans la quarantaine et un médecin dans la cinquantaine qui travaille dans un hôpital de l’ouest du Japon.