Pour la rentrée 2018, cinq étudiants algériens se sont démarqués dont trois doctorants qui effectueront leur thèse dans les universités françaises (Université Paul Sabatier à Toulouse, Université Savoie Mont Blanc à Chambéry, Université de Technologie de Troyes) et deux étudiants de Master en « Sciences de l’Ingénieur » (Université Paris-Sud) et « Économie et Gestion » (Université Paris-Dauphine).

UNE CANDIDATE ALGÉRIENNE SE DISTINGUE ET VIENDRA ÉTUDIER À L’USMB À LA RENTRÉE 2018

Nourhane Amani Bounab est l’une des lauréates algériennes du programme de bourses d’excellence Eiffel 2018. Elle a été classée première au concours de doctorat de Chimie Analytique et Environnement de l’Université de Constantine en Algérie en Octobre 2016. Elle prépare depuis cette date une thèse de doctorat sur la thématique suivante : «L’élimination des polluants par des matériaux hybrides et composites » sous la direction du professeure Chahrazed Boukhalfa de l’Université de Constantine et en codirection avec le professeur Laurent Duclaux de l’Université Savoie Mont Blanc (USMB).

La candidature de Nourhane Amani Bounab a été retenue parmi 60 candidats pour le volet Doctorat sur un total de 1584 dossiers évalués (322 retenus pour le volet Master). Elle a obtenu une bourse de 10 mois qui lui permettra de poursuivre sa troisième année de doctorat au Laboratoire de Chimie Moléculaire et Environnement(LCME) de l’USMB à partir d’octobre 2018. Le projet de recherche s’inscrit dans les activités développées au LCME portant sur la chimie verte et la dépollution. Dans le cadre de ses travaux de thèse, des matériaux composites argile-fer monovalent sont développés. Ces matériaux permettent de traiter les eaux contaminées par un polluant très toxique : le chrome hexavalent.

NOURHANE AMANI BOUNAB NOUS RACONTE SON PARCOURS

Nourhane Amani Bounab, pouvez-vous nous retracer le parcours qui vous a mené ici ? « Après avoir réussi l’examen du baccalauréat en sciences expérimentales avec mention bien, j’ai voulu continuer mes études universitaires dans le domaine des sciences de la matière et spécialement en chimie. Parmi les spécialités de chimie enseignées dans le département de Chimie de l’Université Frères Mentouri Constantine 1, c’est la chimie analytique que j’ai préférée car elle demande beaucoup d’expérimentation et permet l’extrapolation de ses données à plusieurs autres disciplines et domaines notamment la protection et la préservation de l’environnement. Pour cela, j’ai choisi la chimie analytique et environnement comme spécialité de master. Durant la préparation du mémoire de fin d’études, j’ai pu travailler dans le domaine du traitement des eaux. À ce stade, j’ai commencé beaucoup à m’intéresser à l’élimination des éléments toxiques. Après avoir réussi le concours de doctorat, j’ai continué cette recherche avec mon tuteur de master et me suis intégrée à son équipe de recherche dont les travaux sont axés sur l’élaboration de matériaux solides et l’amélioration de leurs propriétés d’adsorption dans l’objectif de leur utilisation dans le traitement des eaux. »

Que va vous apporter la bourse Eiffel ? « La bourse Eiffel et les études en France me permettront non seulement de terminer ma thèse mais aussi d’acquérir l’expérience nécessaire pour mener à bien les travaux de recherche que je compte entreprendre et diriger en Algérie. »

Êtes-vous fière d’avoir obtenu cette bourse ? « C’est avec une grande fierté et beaucoup d’enthousiasme que j’ai appris ma sélection à cette bourse car son obtention va aussi m’aider à progresser dans ma vie personnelle en côtoyant des personnes de nationalités différentes et en échangeant sur les expériences des uns et des autres. »

Sur quelle thématique allez-vous travailler dès votre arrivée en France ? « Le travail programmé entre dans le cadre de la recherche pour améliorer l’utilisation de l’adsorption dans le traitement des eaux par utilisation de nouveaux matériaux composites et hybrides. Ce qui présente une approche prometteuse dans l’élimination des contaminants. »