Le mardi 11 août 2020, Vladimir Poutine a annoncé que la Fédération de Russie avait créé le “premier” vaccin contre le nouveau coronavirus. Selon le président russe, le vaccin donne une “immunité durable” et une de ses filles a été immunisée. Son ministre de la Santé Mikhaïl Mourachko a indiqué que “les expérimentations cliniques sur plusieurs milliers de personnes vont se poursuivre”. Une déclaration que l’OMS a commentée lors d’une vidéoconférence de presse : “Nous sommes en contact direct avec les Russes et les débats se poursuivent. La préqualification de tout vaccin est soumise à des processus rigoureux”, a précisé Tarik Jasarevic, le porte-parole de l’OMS (Organisation mondiale de la santé). “La préqualification implique l’examen et l’évaluation de toutes les données requises sur la sécurité et l’efficacité collectées lors des essais cliniques”, a-t-il rappelé, soulignant que le procédé serait le même pour tout candidat à la vaccination. .

” Procédure de préqualification ” et ” garantie de qualité
En plus des agréments accordés dans chaque pays par les agences nationales, “l’OMS a mis en place un processus de préqualification pour les vaccins mais aussi pour les médicaments. Les laboratoires demandent la préqualification de l’OMS parce que c’est une sorte de garantie de qualité”, a-t-il insisté. A ce jour, la Russie n’a pas encore publié une étude précise des résultats de ses essais pour déterminer l’efficacité des produits qu’elle dit avoir élaborés. La semaine dernière, l’OMS a émis des doutes lorsque la Russie a affirmé que son vaccin était pratiquement prêt, rappelant que tout produit pharmaceutique doit “être assujetti à tous les différents essais et tests avant d’être approuvé pour le déploiement”, et non pas “un produit pharmaceutique”.

L’OMS liste 26 candidats vaccins en cours d’essais cliniques
Pour l’instant, “il est essentiel d’appliquer des mesures de santé publique qui marchent. Nous devons continuer à investir dans le développement de vaccins et de traitements qui nous aideront à réduire la transmission à l’avenir”, a également déclaré la porte. – s’est exprimée, en disant “encouragée par la rapidité avec laquelle certains candidats vaccins sont développés” . “Nous espérons que certains de ces vaccins s’avéreront sûrs et efficaces”, a poursuivi Tarik Jasarevic. Selon l’OMS, 26 vaccins candidats sont en phase d’essai clinique (testés sur des humains) dans le monde et 139 en phase d’évaluation préclinique. Sur ces 26, six avaient atteint la phase 3 de leur développement à la fin du mois de juillet. Celui développé par le centre russe Gamaleïa a été inscrit en phase 1.