Select your Top Menu from wp menus

Une vieille Chewing-gum révèle les traits d’une fille qui a vécu il y a 6000 ans

Lors de fouilles sur l’île de Lolland, la quatrième plus grande île du Danemark, une équipe de recherche de l’Université de Copenhague a pu trouver une très vieille gomme d’environ 6000 ans.
Aux yeux bleus
Selon la nouvelle étude, publiée dans la revue Nature Communications le 18 décembre, c’est la première fois qu’un ADN complet est extrait de tout autre chose que de l’os humain, ce qui ouvre la voie à une entrée plus profonde dans notre histoire avant la civilisation.

L’étude a révélé que le chewing-gum découvert est fait de goudron de bouleau, une substance dérivée de la distillation sèche de l’écorce du bouleau.

En examinant l’ADN qui y est stocké, il a été constaté que pour une fille à la peau foncée, aux cheveux foncés et aux yeux bleus, il a également été constaté que cette fille était génétiquement liée à des groupes qui pratiquaient la collecte et la capture sur le continent européen.

Les chercheurs ont également réussi à trouver des restes de noix et de canards dans cette gomme, ce qui indique – entre autres indications – que les gens qui vivaient dans cet endroit il y a six mille ans profitaient largement des ressources sauvages au Néolithique, la période pendant laquelle les animaux étaient domestiqués et l’agriculture apparaissait dans Scandinavie méridionale.

Histoire de la maladie
D’autre part, la nouvelle étude indique que les chercheurs ont pu extraire l’ADN de quelques types de bactéries qui vivaient dans les dents humaines pendant cette période, qu’elles soient bénignes ou pathogènes, et les chercheurs ont également extrait l’ADN du virus Epstein-Bar qui provoque la mononucléose infectieuse et le lymphome de Burkitt.

Cela est utile pour donner une image plus détaillée de l’état de santé des humains à cette période de leur histoire au cours de laquelle ils vivaient dans un environnement différent et avaient un mode de vie et un régime alimentaire différents.Il serait donc utile de comprendre comment cela se reflète dans les bactéries et les agents pathogènes qui vivaient dans leur corps.

Ces résultats peuvent  aider à comprendre comment les maladies se produisent et se développent au fil du temps, et cela peut aider – selon la nouvelle étude – à développer des mécanismes meilleurs et plus précis pour lutter contre ces maladies.

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.