Do not fall prey to predatory journals and publishers

Journals and publishers are said to be predatory when they mislead researchers about fees and misrepresent their editorial boards and reviewers with the intent of making a profit. Like legitimate open-access journals, predatory journals charge publication fees to authors eager to be published, but unlike legitimate Open-Access journals, they have questionable or non-existent peer-review.

Predatory journals often have inconspicuous or official sounding names (Lancert instead of Lancet, Canadian Journal of Medicine instead of Canadian Medical Association Journal [CMAJ]). These journals tend to solicit submissions and offer editorial board membership by mass mailings. They may exaggerate their impact factor (verifiable in Web of Science) and promise authors rapid publication, undermining the peer-review process. Their websites may have spelling or grammar mistakes, and their contact addresses may be non-professional or unaffiliated with their publication (@gmail or @yahoo).

Comment repérer un journal prédateur

Les revues prédatrices commencent par vous envoyer un e-mail non sollicité. Ils trouvent facilement votre adresse e-mail sur le site du département et ciblent souvent les chercheurs qui ont récemment publié. L’e-mail s’adressera à vous en termes très flatteurs et vous invitera à soumettre à leur journal. Cela seul devrait soulever des drapeaux rouges. Très rarement, les universitaires sont invités à soumettre leur travail à une revue à moins d’en avoir discuté au préalable avec le rédacteur en chef. Le journal aura un titre très similaire à celui d’un journal légitime. Ils promettent une publication rapide et mettent en valeur leur propre importance. Pendant que vous lisez l’e-mail, faites très attention à l’orthographe et à la grammaire. Les fautes de frappe et la mauvaise grammaire sont les caractéristiques des revues prédatrices.

Évaluer le journal

Si les e-mails semblent suspects, il existe plusieurs façons d’évaluer s’ils proviennent d’un journal réputé. La première étape consiste à consulter le site Web de la revue. Regardez le comité de rédaction du journal. Il doit être composé d’experts reconnus dans le domaine. Vérifiez si les membres du conseil d’administration répertorient également les membres de leur comité de rédaction sur leurs propres sites Web ou CV. Les revues prédatrices prétendent souvent à tort que des universitaires reconnaissables sont membres de leur comité de rédaction pour paraître légitimes.

L’étape suivante consiste à rechercher le rédacteur en chef. Pouvez-vous les trouver sur une page Web universitaire ou sur LinkedIn ? Est-ce la seule revue qu’ils éditent ou éditent-ils également plusieurs revues dans plusieurs disciplines ? Les éditeurs prédateurs listent souvent le même rédacteur en chef pour plusieurs revues. Le site Web de la revue doit également mentionner qui est l’éditeur et inclure une description du processus d’évaluation par les pairs. La plupart des revues prédatrices ne sont pas évaluées par des pairs ou ne promettent pas une période d’examen incroyablement rapide. Enfin, recherchez des informations sur les frais. Le site Web explique-t-il quels frais les auteurs seront facturés et pourquoi ? Les revues crédibles ne facturent généralement pas de frais de soumission, mais elles facturent des frais de publication une fois l’article accepté.

Une autre façon d’évaluer la qualité d’une revue est de lire plusieurs numéros de la revue. Évaluez la qualité des études qu’ils publient et recherchez les erreurs évidentes d’édition de copie. Demandez-vous si toutes les études sont pertinentes pour la mission de la revue.

Découvrez l’éditeur

Si vous avez des doutes sur la revue après avoir consulté son site Web et son catalogue, vous pouvez creuser un peu plus loin dans l’éditeur. Il existe plusieurs listes noires et listes blanches que vous pouvez utiliser pour vérifier si cette revue est le bon endroit pour publier vos recherches :

  • Répertoire des revues en libre accès – Les revues de ce répertoire ont été examinées pour s’assurer qu’elles sont savantes, en libre accès, qu’elles contrôlent la qualité par le biais d’un examen par les pairs, qu’elles ont un ISSN enregistré et qu’elles sont à l’avance sur les frais de publication. Si une revue est répertoriée ici, elle est digne de confiance, bien qu’il soit important de noter que le répertoire n’inclut pas de toutes nouvelles revues qui pourraient être crédibles.
  • Open Access Scholarly Publishers’ Association – Les éditeurs en libre accès membres de l’OASPA s’engagent à appliquer les meilleures pratiques de publication et doivent remplir des critères d’adhésion stricts. Les titres publiés par ces éditeurs sont dignes de confiance.
  • Comité sur l’éthique de la publication – À l’instar de l’OASPA, les éditeurs membres de ce comité se sont engagés à adopter des pratiques de publication éthiques. Aucune revue prédatrice n’apparaîtra dans la liste des membres.
  • Vérifiez si les articles de la revue sont indexés sur PubMed ou Web of Science . Si les articles ne sont pas indexés, vous ne voulez pas publier dans la revue car votre recherche sera effectivement perdue. 

Les revues dans lesquelles vous publiez vos recherches devraient vous aider à obtenir des citations et à rehausser votre profil professionnel. Il vaut la peine d’évaluer soigneusement un journal avant de le soumettre.

Check Also

How much does a PhD, Postdoc and Professor earn in the Netherlands?

How much does a PhD, Postdoc and Professor earn in the Netherlands? Salaries at Dutch …

Leave a Reply