Chercheur post-doctorant en écologie comportementale

France
Publié il y a 4 semaines
Organisation/Entreprise
Université de La Rochelle
Domaine de recherche
Sciences biologiques » Biodiversité
Sciences biologiques » Autre
Profil de chercheur
Chercheur reconnu (R2)
Pays
France
Date limite d’inscription
Type de contrat
Temporaire
Statut du travail
À temps plein
Heures par semaine
35
Date de début de l’offre
Le poste est-il financé par le programme-cadre de recherche de l’UE ?
Non financé par un programme de l’UE
L’emploi est-il lié au poste du personnel au sein d’une infrastructure de recherche ?
Oui

Description de l’offre

L’Université de La Rochelle recrute un chercheur post-doctoral en écologie comportementale au centre d’études biologiques de Chizé en France (CEBC) en CDD d’une durée de 30 mois.

Environnement de travail

La vocation première du Centre d’études biologiques de Chizé (CEBC) est de comprendre comment les espèces s’adaptent – ou disparaissent – face aux changements naturels, ou dus à l’activité humaine. Nos modèles d’étude sont les vertébrés, les reptiles, les oiseaux et les mammifères, terrestres et marins. Les recherches menées au CEBC, aussi fondamentales soient-elles, apportent une contribution majeure aux solutions et mesures de protection environnementales de demain.

Voir le site du laboratoire : https://www.cebc.cnrs.fr/?lang=fr

Description du service

Basé au laboratoire de Chizé dans l’ouest de la France, avec une mission sur l’île de Kerguelen (automne 2025), le candidat sera impliqué dans le placement de balises GPS sur des albatros à sourcils noirs et dans une étude éco-physiologique qui est sur le point de démarrer, impliquant un prélèvement sanguin rapide d’individus pour étudier leur stress hormonal.

L’objectif principal est de comprendre s’il existe des « profils » d’individus plus ou moins attirés par les bateaux de pêche au sein d’une population d’albatros, ce qui caractérise ces profils, et s’ils sont héritables. En effet, des études démographiques suggèrent que le fort impact de ces interactions sur la valeur sélective des oiseaux (en particulier la mortalité due aux captures accessoires) pourrait agir comme une force sélective sur le comportement d’interaction (eg Barbraud et al 2015 PlosOne), malgré le faible nombre d’oiseaux. générations impliquées depuis l’apparition des bateaux.

Plus fondamentalement, ces analyses s’inscrivent ainsi dans une réflexion sur l’évolution des « syndromes comportementaux », qui semble dépasser les catégorisations habituelles selon l’axe gras-timide (ou axes similaires), pour se concentrer sur des paramètres comportementaux distincts et séquentiels (rencontre , attraction, résidence) étudiés pour eux-mêmes et contribuant ensemble à une même conséquence finale en termes de valeur sélective (temps passé avec les bateaux, impliquant des risques de mortalité mais aussi un gain potentiel en nourriture). Néanmoins, ces liens avec la théorie et les questions fondamentales pourraient nécessiter d’être approfondis et clarifiés par une meilleure intégration avec la bibliographie (particulièrement récente) du domaine.

Méthodes et données disponibles

En décomposant l’interaction en une série de décisions comportementales (voir Collet et al 2017 Ecol & Evol, Collet et al 2017 Behav Ecol ; Collet & Weimerskirch 2020 Proc B), il sera possible d’explorer les variations intra-individuelles et de tester la répétabilité. de chacune de ces décisions et de leurs co-variations possibles ; ainsi que leur héritabilité (liens de parenté connus entre individus). Ces analyses s’appuieront sur un ensemble de données considérablement plus large que les précédentes études de l’équipe sur le comportement d’interaction : données sur les 7 bateaux TAAF entre 2002 et 2023 (et pas seulement 2010-2013) ; les données sur les bateaux hors TAAF entre 2010 et 2023 (et pas seulement 2019) à croiser avec des centaines de voyages d’albatros ; dont plus de 100 individus avec des déplacements multiples ; et dont le pedigree, l’âge et le sexe sont connus.

Missions

  • Analyser les variations intra-individuelles de ces paramètres ; tester leur répétabilité et leur héritabilité. Cela impliquera de prendre des décisions sur les covariables à inclure ou à exclure (âge, sexe des oiseaux, indices écologiques annuels, etc.), d’exclure ou d’analyser séparément des parties de l’ensemble de données (en fonction de la flotte de pêche, des données disponibles, etc. ), etc.
  • Rendre compte de ces analyses en rédigeant des articles scientifiques. Le nombre et la répartition des publications dépendront des résultats et des projets du candidat, mais il est attendu qu’au moins les résultats suivants soient soumis pour publication : variations intra-individuelles, répétabilité et co-variations des paramètres comportementaux d’interaction ; et leur héritabilité. Cela pourrait, par exemple, constituer deux articles distincts. D’autres articles sont également envisageables, sur d’autres espèces/analyses comparatives (grands albatros vs albatros à sourcils noirs ; fous de Bassan) et/ou sur les capacités de détection ou de mémoire des oiseaux par exemple, mais ne peuvent être considérés comme des livrables contractuels.
  • Établir des correspondances entre le jeu de données de suivi des albatros et les jeux de données du bateau en adaptant les scripts préexistants
  • Adapter les scripts préexistants pour calculer les différents paramètres comportementaux (distances de détection, identification des « événements de rencontre », probabilité de se rendre au bateau lors d’une rencontre, temps de séjour et comportement ; mémorisation éventuelle des zones de rencontre passées).
  • Présenter ces résultats lors d’au moins une conférence (par exemple ASAB, SFECA ou autre conférence d’écologie comportementale).
  • (Participer à la codirection de la thèse d’Ewen Le Scornec pour intégrer les analyses de répétabilité des taux d’interaction dans ses explorations des variations des taux d’interaction au fil du temps dans la population, et/ou le conseiller sur l’interprétation comportementale de ses résultats. être récompensé par une inscription dans la liste des co-auteurs des publications de thèse concernées).
  • Contribuer à la préparation et à la participation à la mission à Kerguelen, notamment pour préciser les protocoles de prélèvement sanguin et le matériel nécessaire.

Ces tâches ne sont pas exhaustives et peuvent évoluer au fur et à mesure de l’avancement du projet.

Exigences

Domaine de recherche
Sciences biologiques » Autre
niveau d’éducation
Doctorat ou équivalent
Compétences/qualifications

Le candidat devra maîtriser les concepts de personnalité animale et de syndromes comportementaux et les méthodes statistiques associées , afin de réaliser et décrire ces analyses sans se perdre dans leur application à de multiples échelles, et afin d’intégrer ces analyses. le mieux possible dans un cadre bibliographique plus large.

Des connaissances en cognition animale afin d’être rigoureux dans la mise en évidence des capacités de détection ou de mémorisation seront également grandement appréciées. Des publications dans le domaine de la personnalité et/ou de la cognition sont donc attendues, notamment si elles montrent une propension à une réflexion théorique approfondie sur ces sujets. Des compétences en codage pour automatiser le traitement des grands volumes de données impliquées (traces d’oiseaux et de bateaux) seront un plus.

Enfin, le candidat idéal aura également une expérience pratique de la manipulation des oiseaux , notamment des prélèvements sanguins rapides pour des analyses de stress hormonal, et sera très motivé pour la mission de terrain, qui impliquera des conditions difficiles (milieu isolé, pluie et froid, colonie sur pentes accidentées nécessitant une certification en techniques d’escalade).

La connaissance de l’écologie des oiseaux marins et/ou de leurs interactions avec les pêcheries est un plus mais pas indispensable, ces compétences étant déjà fortement présentes au laboratoire du CEBC.

Langues
FRANÇAIS
Niveau
Excellent
Langues
ANGLAIS
Niveau
Bien
Domaine de recherche
Sciences biologiques » BiodiversitéSciences biologiques » BiologieSciences biologiques » Autres
Années d’expérience en recherche
1 – 4

Informations Complémentaires

Avantages

Localisation : Laboratoire CEBC – 405 Route de Prissé la Charrière, 79360 Villiers-en-Bois -FRANCE

Salaire brut : à partir de 2 500 € brut pour un travail à temps plein, selon niveau d’expérience et degré d’expertise

Type : CDD

Temps de travail : temps plein 30 mois

Processus de sélection

Contact pour information sur le poste à pourvoir

Julien COLLET – Enseignant et Chercheur

E Mail : julien.collet@univ-lr.fr

Comment puis-je postuler ?

Votre candidature doit comprendre :

  • lettre de motivation
  • curriculum vitae détaillé
  • copie du plus haut diplôme

Ce dossier doit être déposé par e-mail : julien.collet@univ-lr.fr

Date limite de candidature : 23/06/2024

Date de début : 02/09/2024

Caractéristiques de l'emploi

Catégorie emploiPostdoctoral, Sciences Biologiques

Postuler en ligne

Check Also

Découverte de Particules de Plastique dans les Testicules Humains : Une Menace pour la Fertilité Masculine

Introduction Des scientifiques ont découvert des concentrations importantes de microplastiques dans les tissus testiculaires humains, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *