Poste de doctorat en optimisation de l’architecture de l’IA

France
Publié il y a 1 mois
Organisation/Entreprise
Université de Nantes
Domaine de recherche
Informatique » Autre
Profil de chercheur
Chercheur de première étape (R1)
Pays
France
Date limite d’inscription
Type de contrat
À définir
Statut du travail
Négociable
Le poste est-il financé par le programme-cadre de recherche de l’UE ?
Non financé par un programme de l’UE
L’emploi est-il lié au poste du personnel au sein d’une infrastructure de recherche ?
Non

Description de l’offre

Le marché des applications d’intelligence artificielle (IA), en particulier des réseaux de neurones artificiels (NN), a connu une croissance fulgurante au cours de la dernière décennie. L’exécution de NN sur des plates-formes multicœurs embarquées présente un défi important en raison de la rareté des ressources, des contraintes de temps réel et des budgets énergétiques. L’optimisation de l’utilisation de la mémoire et des ressources de calcul est cruciale pour répondre aux contraintes des applications. Pour permettre l’exécution efficace des applications d’IA, les plates-formes modernes incluent souvent des accélérateurs matériels et utilisent des architectures de jeu d’instructions (ISA) qui peuvent être considérablement mises à niveau pour offrir des optimisations pour le traitement de l’IA.

Dans ce contexte, nous visons à proposer une approche de modélisation hybride pour offrir une évaluation rapide mais précise de l’implémentation de NN sur des plates-formes multicœurs hétérogènes avec d’éventuelles extensions ISA et un accélérateur matériel. Ce flux prend en entrée les hyperparamètres NN, la plate-forme multicœur spécifiée et les contraintes définies par l’utilisateur (par exemple, le budget énergétique maximum). Les estimations sont obtenues grâce à l’utilisation d’une simulation au niveau du système, permettant une modélisation précise des effets sur les ressources partagées. Les modèles de synchronisation, de puissance et d’utilisation de la mémoire sont caractérisés par des mesures effectuées sur une plate-forme réelle, fournissant des estimations très précises. En raison des variations possibles du timing, une modélisation probabiliste sera envisagée pour capturer de manière appropriée et fournir une prédiction fiable des effets de la mémoire externe et des caches.

Cette proposition s’inscrit dans une collaboration en cours entre le laboratoire de l’IETR à Nantes, en France, et l’institut d’ingénierie des systèmes pour la mobilité future (SE) de l’institut aérospatial allemand (DLR pour Deutsches Zentrum f¨ur Luft – und Raumfahrt eV) à Oldenburg, en Allemagne, anciennement OFFIS. eV

Ce travail sera mené dans le cadre d’un projet de doctorat de trois ans, le doctorant passant 18 mois à l’IETR à Nantes, en France, et 18 mois au DLR SE à Oldenburg.

Exigences

Informations Complémentaires

Site Web pour plus de détails sur le travail

Caractéristiques de l'emploi

Catégorie emploiInformatique, Doctorat

Postuler en ligne

Check Also

Bourse internationale d’excellence académique de premier cycle de Sydney

Une bourse de premier cycle Une bourse de premier cycle pour soutenir des étudiants internationaux …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *